août 21

Ma Polar V800 pour nager, rouler et courir #Triathlon

Après avoir passé 2 ans avec une Garmin Forerunner 220 au poignet, j’ai acheté au printemps la Polar V 800.

Je cherchais une montre GPS multisports, gérant les transitions en triathlon. Le modèle n’étant pas récent, j’ai fait une bonne affaire sur Irun.fr – où elle était soldée 😉 .

Tout d’abord c’est un bel objet : le boitier acier donne une impression de qualité et de solidité, le bracelet incurvé épouse parfaitement l’arrondi du poignet, et les deux ergots assurent un bon maintien.

La montre est assez épaisse (12,7 mm) et est assez lourde (79 g).

Sur les bords on trouve 5 boutons.

À gauche et de haut en bas : Light / Back.

À droite : Up / Start / Down.

J’ai acheté le modèle doté de la ceinture cardio-fréquencemètre, mais on peut également l’acheter sans.

La V800 est étanche jusqu’à -30 m et dispose d’un altimètre barométrique.

Outre ses fonctions adaptées à plusieurs disciplines, un tracker d’activité la complète – qui permet à la montre de donner des recommandations quant au temps de récupération nécessaire après un effort.

L’autonomie annoncée de la V800 est de 14 heures en mode Entraînement, de 50 heures en mode GPS basse puissance, et de 30 jours en simple mode Suivi d’activités. La montre se recharge grâce à un adaptateur USB spécifique.

Course à pied, cyclisme, natation : la V800 est destinée à toutes les activités sportives. Elle gère même les transitions en triathlon.

Très simple à configurer : la prise en main est instantanée et intuitive. Le GPS est capté rapidement, et quand on change de lieu elle peut mettre 1 minute, ce qui n’est pas plus long que mon ancienne Garmin.

Il y a également un chronomètre, un compte à rebours, des tests orthostatiques, fitness et sauts, l’analyse de la nage extérieure et intérieure, la fonction retour au point de départ qui m’a été bien utile durant les vacances pour rentrer à la maison après des sorties trail dans l’Esterel.

Une fonction « favoris » permet d’avoir à portée de doigts ses entraînements préférés.

On peut en plus charger dessus des plans d’entraînements et planifier des parcours.

La V800 est compatible avec des capteurs de foulée, de vitesse ou de puissance (pour le vélo).

La fonction « Relive » sur la plateforme web fait revivre en vidéo son activité sur Google Map et c’est très sympa.

Pour chaque activité, l’affichage est complet et lisible, on peut très facilement paramétrer les informations dont a besoin.

L’agenda, trie par jour ou semaine, et recense l’ensemble des données collectées : heure de début, durée, distance, charge de l’entraînement, de la séance, calories brûlées, pourcentage des graisses brûlées sur le volume de calories consommées, vitesse moyenne, vitesse maximale, altitude maximale, dénivelés positifs et négatifs, tours, etc.

La fonction Training Benefit évalue les bénéfices de chaque entrainement et, en fonction des données enregistrées, la V800 évalue le statut (très fatigué, fatigué, équilibré, voire sous-entraîné) et donne le temps de récupération nécessaire.

Le calcul tient compte des entraînements, et grâce au tracker d’activité l’ensemble des activités de son utilisateur.

L’interface Polar, Polar Flow fonctionne sur Mac et PC, avec un logiciel qu’il faut installer, l’application Polar Flow pour smartphones Android permet également de synchroniser au fur et à mesure les données de la montre en Bluetooth.

POINTS FORTS

Simplicité d’usage, même en costume elle a un côté sport et design.

Montre ultra-complète.

Adaptée au triathlon.

Autonomie et solidité.

POINTS FAIBLES

Encombrement / Poids.

Monochrome.

L’écran peut être peu lisible quand il y a beaucoup de soleil .


Étiquettes : , , , ,
Copyright 2018. All rights reserved.

Ecrit 21 août 2016 par DanRunParis dans la catégorie "Electronique", "Blog", "Triathlon", "Tests", "Polar

1 COMMENTS :

  1. Pinback : Le Semi-Marathon de Paris 2017 running in the rain !!! - Feed Your Run

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *