septembre 27

L’Elio Feel trail ma bonne affaire de cet été

Cet été, j’ai couru des Alpes au Cantal, en passant par les maquis de l’Esterel, avec une paire de chaussures de trail dont le rapport qualité prix m’a épaté, les Elio Feel Trail de kalenji ; 19,99 €… certes en solde, mais elle ne coûte que 49,99 € en magasin le reste de l’année.

La promesse Décathlon c’est : LÉGÈRETÉ, SOUPLESSE, AMORTI, le tout pour moins de 50 €.

En plus du prix, j’ai été séduit par son drop de 6 mm et la souplesse de sa semelle. J’ai dit banco, j’avais besoin d’une paire de chaussures polyvalentes pour les vacances qui remplissent ces conditions.

Les Elio Feel Trail sont destinées à la pratique de la course nature sur chemins et sentiers : ça n’est pas la paire de trail avec laquelle vous allez faire l’UTMB ou un trail long et technique, mais sur du court elles sont confortables, stables et légères. Le passage des ruisseaux ou d’un névé n’est pas un souci : elles évacuent bien l’eau et sèchent rapidement.

Lire plus

septembre 27

Tomber 7 fois se relever 8 Reborn to Run

« nana korobi ya oki » (七転八起 – « tomber sept fois et se relever huit »).

Proverbe japonais, repris comme titre par Philipe Labro dans le titre éponyme, ça serait surtout le mantra d’une époque et de la pugnacité dont l’athlète d’endurance doit faire preuve. Au début ça a commencé comme dans le livre de Labro :

« C’est arrivé subrepticement, sournoisement, sans prévenir, une vraie saloperie, une lente et insidieuse pénétration. Je suis l’esclave d’une chose indéfinissable qui est en train de me détruire et je lui obéis sans aucune résistance… »

Parfois la vie vous fait des croche-pattes et on a l’impression que tout concourt à vous enfoncer, c’est là que soit on lâche, soit on fait autre chose ; moi j’ai acheté des baskets, une paire d’Adidas Response les 19 si je me souviens bien. Et j’ai couru, couru, pour l’instant sans m’arrêter.

Ça a été mon premier Paris-Versailles, puis le Marathon de Paris, et une course chassant l’autre ; une forme d’addiction au lycra, à la sueur et aux endorphines était née.

Lire plus

Catégorie : Lectures, Blog, Préparation, Run | Commenter
septembre 26

Paris-Versailles ma Grande Classique

Cinquième participation, cinquième anniversaire de mon premier Paris-Versailles: mon premier dossard, ma première course.

Le Paris-Versailles c’est la course que tu fais la
première fois que tu cherches un vrai défi, c’est comme ça que les copains du club de judo me l’avaient présenté. J’avais besoin d’un challenge pour me remettre en selle après une de ces chutes dont la vie a le secret, et un copain m’avait dit que c’était vraiment difficile, la Côte des Gardes avec son profil gargantuesque, et la distance supérieure à 10 kilomètres, impressionnante pour quelqu’un qui n’avait jamais couru plus de quinze minutes sans s’arrêter.

Alors je me suis payé ma première paire de running sérieuse, et tout l’été j’ai couru, n’importe comment, le plus souvent possible, sans méthode, avec un objectif en vue : parvenir à être finisher!

De là est née une passion, le plaisir de la peur au ventre dans le sas, de l’excitation du départ, les concurrents, l’effort collectif et la ligne d’arrivée. La ligne d’arrivée que l’on mentalise, que l’on fantasme et que l’on passe.

C’est à chaque fois le même bonheur naïf, un shoot d’endorphines.

Lire plus

septembre 21

« Le charme discret de l’intestin » le bestseller de l’été de long en large

Si vous avez passé vos vacances d’été dans une grotte, vous avez peut-être échappé au best-seller des Relay H dans toutes les gares de France et de Navarre… mais pas moi ! Et comme il trainait sur une pile de
bouquins entre deux polars et bien je l’ai lu…

Giulia Enders a commencé à traiter son sujet sur scène. «Le charme discret de l’intestin» était à l’origine le titre d’un exposé grâce auquel, en 2012, elle a remporté le premier prix de trois «Science-Slams», manifestations lors desquelles de jeunes chercheurs présentent un projet devant un public de manière divertissante.

La vidéo YouTube de sa prestation a fait le buzz, attirant l’attention d’un agent littéraire qui lui a proposé de transformer sa conférence en livre.

Le fait que l’ouvrage ait connu un succès rapide avec plus d’un million d’exemplaires vendus en Allemagne, et plusieurs semaines en tête des ventes en France, montre qu’effectivement nous sommes très nombreux à être préoccupés par notre bien-être intestinal… d’autant que chez les athlètes d’endurance, le confort intestinal pendant les compétitions peut tout changer.

Sur le ton complice de la conversation, Giulia Enders nous fait faire le grand saut dans notre intestin : la vocation du livre est de nous éclairer sur cet organe injustement méprisé et de nous faire passer de « beurk » à « waouh ».

Lire plus

septembre 14

J’ai lu Running Food de Nicolas Aubineau

Nos performances sportives sont le reflet de notre alimentation !

Grâce à Requia et à son blog The Sporty family, cet été j’ai lu le livre Running Food de Nicolas Aubineau, Diététicien Nutritionniste et sportif.


Comme de plus en plus d’athlètes et de sportifs amateurs, j’ai conscience que mon alimentation a une importance capitale sur mes entraînements, ma récupération et mes performances en compétitions. Je suis donc content que Nicolas Aubineau, dont je consulte régulièrement le site pour ce qui est des produits d’efforts, passe du labo à l’assiette.

Lire plus

septembre 7

Le Triathlon de Chantilly , So british

Le Triathlon de Chantilly , So british

 

Invité par l’agence Bernascom (ce qui m’a permis de faire gagner un dossard à un veinard, qui a la gentillesse de me suivre) à participer au Triathlon de Chantilly dimanche dernier, j’ai eu la confirmation que, pour ce qui est du triple effort, les anglais en général et l’équipe So British de Castel Triathlon Series sont au top.

Après le Triathlon de Paris où j’avais pris beaucoup de plaisir, j’avais envie de m’essayer une nouvelle fois au format Olympique (1,5 km de natation, 40 km de vélo, et 10 km de course à pieds).

Sans suivre une préparation trop rigoureuse, j’ai profité de l’été pour nager et rouler un peu, mais le vélo – ça fait un peu boulet de le dire – c’est pas encore mon truc… je m’accroche, ça finira par venir !

Lire plus